schéma de mes compétences

Serial MOOCeur : trop de MOOCs ?

Cet article est le n° 4 sur 4 dans la série : mooc

Tirs groupés de MOOC, en attente des certificats de suivi et/ou de réussite (#croiselesdoigts), je peux déjà annoncer 4 nouveaux MOOCs en cours, je ne vous pas explique les contenus, je vous laisse suivre les liens. Retrouver les certificats (enfin ceux que j’ai payé) dans mon C.V.

MOOC au pif ?

Alors comme ça cela parait complétement décousu, mais je vais vous expliquer le choix de mes cours. C’est simple, j’appuie mon expérience personnelle sur des bases théoriques. Je fais le chemin à l’envers, j’ai souvent commencé par la pratique et je valide cette pratique par la théorie. Cela me permet :

  1. de faire travailler mon cerveau,
  2. de suivre les évolutions et me tenir à jour,
  3. d’appuyer mon parcours

Pour faire simple, je vous fais un schéma, parce-que j’aime bien les schémas.

schéma de mes compétences
Mes champs de compétences

Vous avez donc mes champs d’intervention, et en vert, les MOOCs suivis, vu comme cela, cela ne paraît pas forcément plus clair, mais j’espère moins décousu. En tout cas, pour moi, j’arrive au bout de mon objectif primaire, appuyer mes connaissances empiriques ou partielles sur des bases théoriques plus fondées.

Pourquoi je vous explique cela

Parce-que cela me permet de moi mieux me situer et de savoir où j’en suis, car au départ, la «stratégie» n’était pas aussi limpide, je vous renvoie à mon autre billet. Insidieusement, pour vous démontrez que je ne fais pas n’importe quoi et que je suis un type «hyper» organisé, déterminé, endurant, opiniâtre, volontaire, persévérant, audacieux, viril…1. Attention tout n’est pas vrai dans la phrase précédente, mais si je ne fais pas de fleurs, qui le fera ? Il faut toujours se manéger un petit peu de bonheur perso.

En fait et surtout, si cela peut vous aider et vous aiguiller sur votre propre parcours, à l’inverse d’autres MOOCeur à la mode, je ne me suis pas inscrit à 132 MOOCs pour me vanter ensuite de n’en avoir suivi que 30% dont 12 en même temps, que je n’ai pas fais validé parce-que « ce qui m’intéresse avant tout, c’est la connaissance… ». C’est surtout que tu as rien suivi et que les questionnaires du coup te paraissent du chinois…Je me suis inscrit en fac, mais je vais pas en cours et les partiels, ça sert à rien…Bref, mais j’ai du mal à suivre cette mode, mais chacun fait ce qu’il veut mais ce n’est pas ma démarche.

Revenons à mes moutons, il est très simple de nos jours de pouvoir, je ne dirais pas «se former», car la qualité des MOOCs est trop disparate : même si 80% sont de grande qualité, ils ne poussent pas l’interaction assez loin à mon goût et l’ancrage des connaissances dans la tête du MOOCeur ne semble pas si évident. Mais au moins, s’informer sur les matières qui peuvent vous servir. Il est plus simple de suivre une « stratégie »2 que de se disperser. Après, l’important est aussi de se faire plaisir et de suivre des cours pour la beauté du geste ou par pur curiosité (comme avec l’effectuation pour moi). Ce que je ferais dans les prochains temps.

Vive les MOOCs !

En conclusion, je dirais que j’ai la chance de pouvoir suivre tous ces cours que je n’aurais jamais eu l’opportunité de suivre dans le monde réel (IRL comme on dit). Ma formation de base m’aurait cantonnée à mon travail de technicien. J’aurais pu suivre tous ces cours en auditeur libre, ou par correspondance, quoique, pas sûr. Les reconversions ou les apprentissages deviennent plus simples, mais pas dénuées de beaucoup de travail personnel. Car tout dépend aussi de la motivation et de l’envie, et si quelques MOOCs peuvent tout changer, c’est avant tout le travail qui va avec qui est important.

Trouver « le job de ses rêves » grâce à un MOOC, moi j’y crois, et vous ?

 

Navigation<< Encore un MOOC dans la poche (2)

notes

  1. oups trop loin dans le dico des synonymes…
  2. mot disproportionné dans mon cas